Contact   Mˇdiath¸que   Anecdotes   Liens  

LA GRANDE HISTOIRE

LE MILIEU

LES MATÉRIELS

LES HOMMES

L'HISTOIRE

LES HOMMES

L'ORGANISATION

LES CHRONOLOGIES

LES REALISATIONS

LES HOMMES

L'entretien des routes va nécessiter des matériels de plus en plus performants.
Créer une station de ski sans montagne et sans village : un challenge américain qui ne plait pas à tout le monde !

Sur le terrain

Les caractéristiques des terrains sont, d'évidence, l'élément fondamental pour la détermination de l'existence d'une station de ski et ses spécificités d'équipement. Ces caractéristiques ont d'abord été observées, puis analysées dès que le tourisme naissant a démontré que l'on pouvait, en montagne, faire autre chose que d'y survivre. Il a alors fallu imaginer tout ce que l'on pouvait tirer de l'exploitation raisonnée de l'environnement dès que l'on en aurait fait l'aménagement sur les axes principaux : accès, habitat, remontées mécaniques et pistes.
Un environnement difficile
La montagne a d'abord été très longtemps comprise comme dangereuse et, ipso facto, peu propice à l'habitat. Au fil des siècles, les hommes ont progressivement évolué et atténué leurs craintes en admettant que l'on pouvait néanmoins y vivre. Lorsque apparurent les touristes et que l'on vit qu'ils prenaient plaisir à découvrir la montagne, puis à y skier, les autochtones, d'abord surpris, puis curieux, se mirent à les imiter et acquirent de ce fait une autre perception de leur environnement. Leur territoire fut analysé suffisamment pour, au moins, en définir mieux les zones hostiles et celles qui l'étaient moins.
Les gens du pays s'essaient au ski et découvrent leur domaine.
C'était un énorme progrès qui permit de bien comprendre et admettre les besoins désormais exprimés par les touristes, en général, et les skieurs, en particulier, et, par la suite, d'aboutir à la naissance du concept de "domaine skiable".
Une prise de conscience
Les implications de ce concept ont donc généré une nouvelle prise en compte des caractéristiques des terrains et de leurs possibilités d'aménagement. Leurs caractéristiques ne sont plus désormais considérées comme simplement astreignantes mais comme potentiellement productives au prix de remodèlement et d'équipement. Il importe maintenant de réfléchir à ce que l'on peut en faire, sous quelle forme et comment. Le "zonage" des secteurs à équiper entre dans le programme des travaux préliminaires.
Les sports d'hiver font surgir l'équipement hôtelier.
Le phénomène socio-économique de l'émergence, puis de la vogue des "sports d'hiver", définit ce que l'on doit faire si l'on veut attirer en montagne de plus en plus de "clients", générateurs de mieux-être pour les autochtones. Il faut alors découvrir comment rendre ces besoins compatibles avec les données "du terrain". Les programmations de travaux qui en résulteront (appuyés sur des études de "zonage") devront suivre des schémas logiques privilégiant l'indispensable, c'est-à-dire d'abord les accès, l'habitat et les réseaux possibles de remontées mécaniques et de pistes. Le poids des caractéristiques topographiques des terrains et leur orientation sont fondamentaux et orientent le choix de la combinaison qui devra être choisie pour définir les géométries conjointes des remontées et des pistes (voir les "systèmes" dans le texte complet).
Les premières dameuses "snow-cat" utilisées aux USA. Sécuriser les pistes commence
par aménager des pare-avalanches.
La synergie "terrain-ski"
Dès l'avènement du ski comme "sport", les pratiquants se confrontent aux caractéristiques naturelles des terrains : les obstacles, les pentes, les zones dangereuses ou difficiles, les inégalités d'enneigement... Dès les années 1920/30, on commence à privilégier le ski de descente et les skieurs se lancent dans la poudreuse au hasard de leur intuition et de leurs capacités techniques. La notion de "piste" n'est pas encore née et n'apparaîtra que lorsque le nombre de passages en un même point aidant créera des "pistes de fait" qui ne demanderont qu'à être formalisées et aménagées.
Dès que la vogue des "sports d'hiver" (voir dans le titre "le phénomène ski") amène en montagne des foules de skieurs (notamment à partir de 1935), on assiste à un grand déploiement d'activités pour les accueillir, les héberger et pour équiper les terrains en remontées mécaniques. La guerre de 1939/45 met un point de suspension à ce développement mais n'arrête pas les efforts d'études destinées à préparer l'avenir.

Exploiter le terrain
C'est ainsi que, dès 1945, les aménagements et les créations de stations reprennent au fur et à mesure du renouveau des moyens. Les aménageurs vont concrétiser les projets précédemment étudiés et vont, entre autres, s'inspirer de ce qui a été fait en Amérique où la création de pistes aménagées et entretenues a suivi, voire accompagné, la création des stations. Ce sera d'ailleurs l'un des mérites du champion français Emile Allais (qui a conseillé les américains) de promouvoir en Europe l'utilisation des engins chenillés largement utilisés aux USA pour "damer" les pistes mieux que ne le faisaient jusqu'alors des skieurs tirant des rouleaux (voir dans le texte "les matériels").
C'est maintenant, plus que jamais, le moment où il importe d'organiser les exploitations résultant des travaux entrepris et à effectuer les meilleures prévisions possibles pour ceux qui restent à entreprendre.

page suivante