Contact   Mˇdiath¸que   Anecdotes   Liens  

LA GRANDE HISTOIRE

LE MILIEU

LES MATÉRIELS

LES HOMMES

L'HISTOIRE

LES HOMMES

L'ORGANISATION

LES CHRONOLOGIES

LES REALISATIONS

LES HOMMES

Les militaires

Les états scandinaves ont, dès le XVe siècle, équipé des soldats de ski.
C'est au XIXe que des initiatives militaires françaises codifient l'usage du ski et contribuent à sa diffusion.
Les prémices
Pour les précurseurs, l'utilisation militaire du ski n'a pas tardé : c'est ainsi que, dès le XVIe siècle, des bataillons d'archers étaient équipés de «chaussures à neige» plus semblables à des skis qu'à des raquettes. En 1539 les Finlandais dotent déjà de skis des soldats-skieurs tandis que les Norvégiens ouvrent des écoles d'instruction à Trondheim et Kongvingen. D'autres exemples suivent mais il faut attendre le XVIIIe et le début du XIXe siècle pour constater une évolution notable.
Des bataillons d'archers progressant
en "souliers à neige"
Le ski s'appelle Clerc
En France, après la lourde défaite de 1871, l'Etat-major installe des garnisons de chasseurs à pied dans des hautes vallées alpines et, dès lors, se préoccupe de remédier à leur isolement.
C'est alors que le capitaine François Clerc, en garnison au 159e régiment d'infanterie alpine de Briançon, se fait le prosélyte du ski. Il achète en Norvège une douzaine de paires de skis dont il équipe ses hommes il fait ensuite avec eux de nombreuses sorties à ski et expérimente le transport de blessés sur des traîneaux.
Soldats du régiment des patineurs en Norvège.
L'Etat-major français, influencé par les rapports du capitaine Clerc et le fait que les Italiens aient déjà équipé de skis leurs «alpini», organise des visites de norvégiens à Briançon et, peu après, passe commande de 1000 paires de ski. Aucun fabricant français n'est en mesure de les produire : on fait donc à nouveau appel aux norvégiens...
François Clerc continue à œuvrer pour le développement du ski et entraîne ses hommes pour tenter d'améliorer leur technique mais «l'arrêt Briançon» (simple chute volontaire) n'est guère dépassé. Le Capitaine Bernard crée l'école de ski de Briançon qui va devenir «l'école normale» de ski.
Le capitaine Rivas qui la dirige apprend aux hommes à skier et à fabriquer eux-même leurs skis.
En 1907, à Montgenevre, le premier concours de ski militaire international connaît un grand succès.
Les skieurs des bataillons alpins à l'entraînement.
L'important travail des militaires
Jusqu'à la guerre de 1914 l'école de Briançon instruit plus de 5000 soldats skieurs qui forment les premiers bataillons de chasseurs alpins. Ils se retrouvent au combat sur les crêtes des Vosges et doivent ajuster leur technique aux impératifs du terrain et des combats.
En France (et en Europe) la période d'après-guerre voit naître et se développer «les sports d'hiver», ce qui suscite chez les militaires de nouvelles initiatives qui aboutissent à la création de l'EHM (école de haute montagne) en 1932.
Le ski militaire n'est guère présent dans les débuts du conflit de 1940 puisque les bataillons de chasseurs alpins envoyés en Norvège n'y combattront qu'en été. Mais d'autres bataillons feront victorieusement face dans les Alpes aux troupes italiennes. A la cessation des combats, de nombreux skieurs-montagnards rejoignent les rangs de l'organisation paramilitaire «Jeunesse et Montagne» puis, plus tard, les "maquis" combattant notamment en Auvergne, dans le Vercors et autres contrées montagneuses.

page suivante