Contact   Mˇdiath¸que   Anecdotes   Liens  

LA GRANDE HISTOIRE

LE MILIEU

LES MATÉRIELS

LES HOMMES

L'HISTOIRE

LES HOMMES

L'ORGANISATION

LES CHRONOLOGIES

LES REALISATIONS

LES HOMMES


Une station intégrée : Avoriaz.

La naissance des "stations"

L'évolution et le développement du ski amènera inéluctablement la nécessité d'infrastructures propres à permettre sa pratique dans des conditions optimales. Ce sera d'abord la création de moyens d'accueil et d'hébergement, puis la construction de remontées mécaniques adaptées aux objectifs évolutifs des skieurs. De tels aménagements constitueront des "stations de ski", soit engendrées par l'équipement de villes ou villages, soit créées de toutes pièces sur des terrains vierges.

La station "Alpe d'Huez"
au temps 0.

A quoi sert le ski ?
Les modes d'utilisation du ski ont conditionné les équipements de leur environnement. Les anciens qui vivaient le plus souvent dans des zones quasi-désertes ne s'en servaient que pour des déplacements utilitaires et n'avaient nullement besoin d'habitats autres que des abris plus ou moins dispersés.

Plus tard, lorsque les skieurs s'aventurèrent dans la montagne et commencèrent à effectuer des descentes, le ski changea de caractère d'utilisation et laissa entrevoir des besoins nouveaux. C'est ainsi que, dès le début du XXe siècle, les skieurs prirent de l'intérêt et du plaisir à ces descentes et souhaitèrent les multiplier, ce qui impliquait des aménagements spécifiques.
Etudes et projets.
Dès 1922 le baron de Rotschild fait réaliser une étude de création d'un hôtel au Mont d'Arbois qui préfigure la réalisation de la station de ski de Megève. D'autres études se multiplient et, notamment, malgré la guerre (1939/1945), l'architecte Laurent Chappis et la "commission Michaud" jettent les bases d'une station internationale de ski aux "Tovets" qui deviendra Courchevel, capitale des "Trois vallées".
L'expansion.
A partir de 1960, l'accroissement de la fréquentation-skieurs amène la recherche de nouveaux domaines skiables et le développement des précédents. On construit alors "ex nihilo " des stations neuves intégrées telles que Chamrousse, Tignes, La Plagne, Superdevoluy, Avoriaz, etc...

Il en est de même en Suisse, en Autriche, aux USA et au Canada avec des variantes quant aux choix des terrains et aux caractéristiques urbanistiques des stations.Dès la fin des années 1980, la France est au premier rang avec plus de 400 stations et, comme le besoin de développement continue d'être évident, on imagine désormais des "stations-satellites" et des interconnexions entre les diverses stations de "grands massifs ".

page suivante