Contact   Mˇdiath¸que   Anecdotes   Liens  

LA GRANDE HISTOIRE

LE MILIEU

LES MATÉRIELS

LES HOMMES

L'HISTOIRE

LES HOMMES

L'ORGANISATION

LES CHRONOLOGIES

LES REALISATIONS

LES HOMMES


Les services associés

Constructeurs et exploitants des remontées mécaniques.

Les gens du pays participent.

Les clients

Les partenaires

Des structures à acteurs multiples comme le sont, typiquement, les stations de ski, ne peuvent obtenir de bons résultats dans leurs diverses activités que si lesdits acteurs se comportent en «partenaires». Cette notion n'est pas toujours bien comprise et elle peut entrer en conflit avec des intérêts individuels à courte vue. D'où l'importance de préciser la nature exacte des responsabilités et les objectifs dans chaque cas de partenariat.
La concertation comme élément du partenariat.
Quelles que soient les activités , et a fortiori, lorsqu'elles impliquent des services rétribués par une clientèle, les entreprises se doivent de répondre à des critères de qualité (aptitude à satisfaire les besoins de l'utilisateur) et de fiabilité (persistance de la qualité). Pour atteindre ces objectifs et dans le cas typique d'une station touristique où les «acteurs» sont nombreux et à rôles diversement complémentaires, de bons résultats ne peuvent être aisément obtenus que dans le cadre d'un partenariat permanent librement consenti.
Sur le principe, un «partenaire» est partie prenante d'une gestion générale, soit en y étant associé d'une façon contractuelle, soit en y participant de diverses manières.
Il peut se contenter de déléguer des pouvoirs à un animateur désigné par consensus ; il peut participer à des concertations d'organisations ; il peut être un acteur momentané ou non dans le cadre d'actions communes ; il peut enfin apporter son aide financière ou matérielle à diverses opérations d'intérêt commun.
Dans tous les cas, il importe que la coopération du partenaire soit comprise et consentie même si cela lui coûte : la notion de «partenariat» implique la priorité de l'intérêt général par rapport aux intérêts individuels.
Dans une station de ski co-existent de nombreux acteurs ayant des rôles qui s'intègrent nécessairement dans la gestion générale de sorte que chacun d'eux doit assumer une part de responsabilité dans la réussite globale. Ces parts sont parfois très inégales suivant les rôles mais la moindre «fausse note» de l'un d'eux peut avoir des conséquences pour l'ensemble. Il importe donc que soit créée et entretenue une unité d'objectif et de comportement entre tous.
Les divers acteurs concernés par la création et l'exploitation d'une station de ski sont :
Extérieurement
- les organismes « institutionnels » tels que conseils généraux et chambres professionnelles,
- les administrations et services spécifiques tels que Directions départementales de l'équipement...
- les services hospitaliers régionaux,
- les banques et autres institution financières...
- les services généraux de sécurité : pompiers, SAMU, Sécurité civile, PGHM...
- les organismes de voyage...
- les fédérations sportives spécifiques...
- les «clients».
Déjà en 1902, des partenaires.
Intérieurement
- le maire et son équipe municipale,
- les services locaux permanents (gendarmerie, pompiers, services postaux, transports locaux, services sanitaires, écoles, eau, électricité, etc...) ,
- les services liés à l'habitat,
- les commerces de base (alimentation, pharmacie, etc...),
- les services liés à l'activité spécifique (remontées mécaniques, pistes, office de tourisme, écoles de ski, commerces spécialisés, etc...).
Les services des remontées mécaniques et des pistes qui sont généralement les plus «lourds» en investissements, en effectifs et en responsabilités ; leur développement et leur fonctionnement sont les plus complexes et les plus importants. Ils représentent donc le constituant principal de l'entité «station de ski» et, de ce fait, peuvent être le «pivot» des concertations de partenariat. C'est en effet ces services qui, entre autres, pourront le mieux définir les dates de début et de fin de «saison». Par contre, leurs incidents de fonctionnement auront des répercussions pouvant être importantes pour la plupart des autres partenaires, d'où la nécessité de prévoir en commun ces éventualités et la façon d'y remédier.
Dans le cadre précis de ces services de remontées mécaniques, un autre partenariat doit également se constituer entre constructeurs et exploitants afin de permettre un traitement efficace des incidents de fonctionnement. De même, les administrations concernées (organismes de contrôle du ministère de tutelle) sont des partenaires efficaces pour le contrôle de la conformité des appareils et de leur sécurité.
Bien entendu, les écoles de ski sont des partenaires incontournables, notamment en ce qui concerne les relations avec la clientèle.
Sur un plan plus élargi, beaucoup d'autres services extérieurs à la station peuvent représenter des partenaires importants. On peut citer, entre autres, les transports «basiques» (trains, autocars...) les services périphériques (entretien des routes, hôpitaux...), les organismes commerciaux (agence de tourisme...), les médias....
Il ne faut pas omettre deux autres catégories de partenaires : les autochtones» et les «clients».
Les habitants permanents de la station sont partagés entre autochtones et implantés. Ceux d'entre eux qui ont un emploi dans les services de la station (ou qui y possèdent un commerce) sont directement associés au fonctionnement général mais les autres ont aussi des retombées directes ou indirectes du résultat général.
Les écoles de ski.
Certes, tous s'intègrent dans le partenariat global par le canal de leurs élus mais il peut être souvent souhaitable d'étendre leur représentation à l'intérieur du consensus général. Une de leurs traductions s'exprime dans les clubs sportifs locaux dont la coopération est le plus souvent indispensable au fonctionnement de la station, notamment dans le cadre des compétitions.
Les clients de la station ou, plutôt, l'appellation générique «le client» est un partenaire essentiel, donc obligatoire. C'est en effet, de sa présence, de sa fidélité , de son jugement que résultera la réussite générale. De ce fait, s'Il est difficile, voire peu souhaitable, de l'intégrer dans des concertations de fonctionnement, il est, par contre, essentiel de subodorer ses points de vue.

La nécessité d'un partenariat harmonieux a toujours été confirmée par des réussites évidentes. Lorsque tous les acteurs « marchent dans le même sens », ils vont toujours plus loin et plus vite.